TextUelle #18 Le Dehors de toute chose

Publié le par marie philippe

TextUelle #18 Le Dehors de toute chose
TextUelle #18 Le Dehors de toute choseTextUelle #18 Le Dehors de toute chose

TextUelle, l'émission littéraire de Radio U

 

Edito de l'émission # 18 : lecture du Dehors de toute chose de A. Damasio

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous,

 

Je ne sais pas pour vous

mais moi

en ce moment,

Je me pose des questions sur la liberté.

Est-ce que je suis libre ?

Française, par exemple, suis-je plus libre que Chinoise ?

 

Chinoise,

avec les cameras pour la reconnaissance faciale

partout je suis observée

et pour chaque action je suis notée.

Un mégot par terre, traverser hors des clous, critiquer le gouvernement, acheter des produits étrangers, avoir des amis mal notés, ma note sociale baisse. Mes droits diminuent. Interdite de transport, de logement social, d'accès internet...

si je ne veux pas aller en prison, je m'auto-discipline, je m'auto-censure.

Je suis les injonctions, comme dans un jeu vidéo, je m'adapte, je suis les règles.

 

Française,

je ressens toujours un malaise

quand je vais sur Facebook, communique sur des réseaux sociaux, achète sur internet, note mes expériences touristiques. Je mets des étoiles, des pouces bleus, j'évalue les autres et je regarde combien de pouces bleus recueillent mes publications, une addiction prend forme, je rentre dans le jeu qui me prend mon temps. Et si j'ai beaucoup de pouces bleus, l'entreprise me félicite et me récompense en me donnant plus de fonctionnalités.

Comme sur Tinder, il s'agit d'augmenter mon indice de désirabilité. Je rentre dans le moule, je fais le travail. Mon esprit est guidé, formaté, conformé. Tout va bien. Je suis prise.

 

Mais j'ai l'illusion de m'exprimer librement.

 

Si par contre je veux publier une peinture de femme nue, mon compte est supprimé, censuré, je perds mes points. Sacrilège. Une décapitation d'accord, mais un sein, non.

 

Parce que les algorithmes ne comprennent pas l'art.

Parce que les humains qui programment les algorithmes ne veulent pas perdre de temps avec l'art.

Pas de temps pour l'interprétation, pas de temps pour la pensée, pas de temps pour la liberté.

 

Rien ne m'oblige à participer à ce réseau social.

seulement la crédulité, la faiblesse, la paresse, le conformisme, le panurgisme, l'envie de faire comme tout le monde, l'envie de partager, de communiquer.

 

En fait je renonce volontairement à la liberté.

Alors je prends un livre

C'est Le dehors de toute chose d'Alain Damasio.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article